Histoire



En 1832,
 des musiciens issus de l’orchestre des Pompiers de la Garde Nationale créent la société musicale (dont nous ne connaissons pas le nom) à l’origine de notre orchestre. Le bourg n’est alors qu’un village agricole de 2 500 habitants.
Les premières années, la société musicale joue surtout pendant les fêtes religieuses et notamment pour la fête de la Rosière, fête créée en 1818 pour célébrer la jeune fille vertueuse et méritante de l’année et qui connaîtra par la suite un succès sans cesse renouvelé.

En 1837, la 1ère ligne de chemin de fer française ouverte aux voyageurs relie Paris à Saint Germain en passant par Nanterre. Cela va transformer le bourg en un lieu de résidence secondaire puis principale (en 1900, la population sera de 14 000 habitants). La société musicale profite de cette manne : de nouveaux musiciens entrent dans l’orchestre et les concerts de kiosque du dimanche se multiplient…

Un an après la défaite sur les champs de bataille, les Prussiens occupent la France quelques mois encore et la Garde Nationale est dissoute. Nous sommes en 1871. La société musicale qui compte des musiciens militaires dans ses rangs prend le relais pour jouer l’hymne national pendant les services municipaux.

En 1897, à l’appel du maire, la société musicale se regroupe avec des musiciens d’autres orchestres pour fonder la Musique Municipale.

orchestre-en-1903

L’Orchestre en 1903

Quand éclate la 1ère guerre mondiale, en 1914, la mobilisation générale envoie au feu des milliers d’hommes qui pour beaucoup ne reviendront jamais. Quatre ans plus tard, le bilan pour Nanterre est de 814 morts. La France se reconstruit dans les années 20 avant de s’écrouler économiquement en 1929, comme le reste du monde occidental, quand survient la grande crise.

Musique-municipale-1924

La musique municipale de Nanterre en 1924

En mai 1935, soit deux ans après l’arrivée du chancelier Hitler au pouvoir en Allemagne, le cheminot communiste Raymond Barbet, à la tête de “l’Unité d’Action antifasciste”, devient maire de Nanterre (il y restera jusqu’en 1973). Un an plus tard, le 7 mai 1936, l’association loi 1901 Harmonie Municipale, dont le maire est président d’honneur, est enregistrée en préfecture.

Le 1er septembre 1939, La France déclare la guerre à l’Allemagne. Se succèdent alors 6 années noires, pendant lesquelles Raymond Barbet est arrêté, puis s’évade ; 4 500 résistants sont fusillés au fort du Mont Valérien et début septembre 1944, Nanterre est libérée. L’Harmonie Municipale est quant à elle réduite à presque rien. Elle met cependant un point d’honneur à poursuivre ses activités : grâce à l’élan de Monsieur Constans (président de l’association de 1938 à 1950), qui imprime sa volonté et finance personnellement les dépenses de l’association, les répétitions et quelques concerts peuvent avoir lieu.

Dans les années d’après guerre, la France se reconstruit, la production industrielle bat son plein, ce sont les 30 glorieuses (1945-1975). l’Harmonie Municipale, en plus du soutien de la mairie et du département, est sponsorisée par des syndicats ou des sociétés dont les usines sont implantées sur Nanterre : Télémécanique, SIMCA, Shell.

En 1985, Joël Mercier, professeur au Conservatoire Municipal de Nanterre, tromboniste et tubiste à l’Orchestre d’Harmonie des gardiens de la Paix, prend la direction de l’orchestre. Sous l’impulsion de Jean Luc Roblès, président de l’association (il y restera de 1992 à 2005), l’Harmonie Municipale change de nom et devient l’Ensemble Harmonique de Nanterre.

En 1993 est créée « la marche Colaincourt » de Bernard Cavanna, compositeur de musique contemporaine. Il obtiendra par le suite le prix Sacem de la meilleure création contemporaine en 1998, avec “Messe d’un jour ordinaire”, ainsi que la victoire de la musique contemporaine de l’année 2000 avec “Concerto pour violon”.

Entre 1994 et 2000, l’Ensemble Harmonique invite des ensembles à vent professionnels en 1ère partie du concert annuel qu’elle donne dans la grande salle de la Maison de la Musique de Nanterre : l’ensemble de cuivres Sur Mesures qui jouera avec l’Ensemble Harmonique « La guerre des Etoiles » de John Williams et « Robin des Bois » de Michael Kamen ; la Batterie-Fanfare de la Musique de l’Air de Paris; le Tuba Pack, avec qui l’Harmonie crée « Festal » de Marc Steckar (1996), le Serge Luc Quartet, avec qui l’Ensemble Harmonique crée « Koxka » de Serge Luc (1997)
l’Ensemble de Saxophones Français, le quatuor de trombones Tetrabones et aussi le quintette Objectif trompettes.

En décembre 2003, Joël Mercier, après 18 ans comme chef de l’orchestre, dirige son dernier concert sur la scène de la Maison de la Musique de Nanterre et prend sa retraite.

En janvier 2004, Patrick Couttet, professeur au Conservatoire Municipal de Nanterre et euphonium à l’Orchestre d’Harmonie des Gardiens de la Paix de Paris, prend le relais à la direction de l’Ensemble Harmonique.

Pendant cette période, un partenariat avec le conservatoire de Nanterre est instauré.

Sous la présidence de Sylvain Streit, l’association change une nouvelle fois de nom et devient l’Orchestre d’Harmonie de Nanterre.

En 2013 Patrick sera remplacé par William Le Sage, alors élève dans la classe de direction au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Pendant plusieurs années, William proposera à l’orchestre un répertoire riche et varié, notamment des pièces de sa composition. Il fera également jouer à l’Harmonie une création mondiale du compositeur Fransisco Uberto intitulée Aria Aerodinámica. Pièce peu commune, dont certaines parties étaient écrites pour de simples tuyaux.

En 2016, L’Harmonie participera à l’évènement Cirqu’en harmonie, pour l’ouverture du festival Parades, en jouant pendant un spectacle de cirque de la troupe de cirque Nanterrienne les Noctambules.
Toujours en 2016, dans le cadre du festival La Terre est à nous, l’Orchestre a invité 3 solistes d’exceptions afin d’interpréter le spectacle 1001 Notes d’Orient.

Deux autres chefs d’orchestre, issus également du CNSMDP prendront la direction temporairement de l’Orchestre d’Harmonie durant ces années. Nikita Sorokine et Félix Benati.

En septembre 2021, Pierre-Alexis Touzeau prend le relais au poste de chef d’orchestre.

A suivre…

Nous remercions la Société d’Histoire de Nanterre pour son concours à la réalisation de cette rubrique et si vous possédez des documents (photos, dessins, textes…) sur notre histoire, n’hésitez pas à nous contacter.